Terminator Genisys : la grande hypocrisie

Terminator Genisys : la grande hypocrisie

En marge des 25 ans de la sortie de Terminator 2 : Le Jugement Dernier, il était de mon devoir de rectifier une injustice envers ce « petit film » qu’est Terminator Genisys. S’il n’a rien d’exceptionnel, de nombreuses critiques le bashent sans réfléchir et pour de mauvaises raisons. Comme si ce film avait d’autres motivations que de transfuger la saga vers un genre plus familial, éludant ainsi l’aspect mature et core SF qui a fait les beaux jours des deux premiers films de la franchise (des chefs d’oeuvre). On sait maintenant qu’un reboot sert à quelque chose : proposer une autre vision des choses, et non proposer la même chose.

Terminator VS James Cameron

On a beaucoup reproché à Terminator Genisys de faire du neuf avec du vieux, tout en simplifiant le scénario vis à vis des films d’origine et allégeant la lourde ambiance de la saga. En gros on reproche à Genisys ce qu’on a kiffé sur Star Wars The Force Awakens. Alors oui, Terminator, c’était carrément plus sérieux et plus tendu qu’un Star Wars et je ne me permettrais pas de comparer ces deux oeuvres dans leur structure. N’empêche que leur retour est basé sur les mêmes ressorts exactement. Star Wars a eu la chance de péter les scores alors que Terminator a eu le malheur de faire péter une durite à tous les fans de la saga.
Certes, il y a également le fait que les acteurs d’origine soient quasi tous présents dans l’un, et que tout le casting (sauf ce T800 de Schwarzy) ait changé pour l’autre. On est d’accord. Mais est-ce la purge annoncée pour autant ?
Non, clairement non. Terminator Genisys est un bon film, loin d’être un chef d’oeuvre, c’est un bon divertissement, mais un Terminator moyen. Ce reboot a rendu Terminator plus digeste, plus facile d’accès. J’irais même jusqu’à le placer devant Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines et Terminator Renaissance, sachant qu’aucun de tous ces films ne rivalise avec les Terminators de James Cameron. Et pourtant, c’est James Cameron lui même qui les a tué, dans l’ombre, toutes ces suites…

L’argument principal des détracteurs de Genisys, à savoir les incohérences du film, est une donnée qui concerne directement les films de Cameron. Car, aussi fidèle soit Genisys aux deux premiers volets, le film doit la plupart de ses incohérences à ces ainés. Oui, vous m’avez bien lu, Cameron a généré des incohérences indiscutables dans sa saga, mettant en péril les suites, notamment Genisys. Bien entendu, le monde entier va taper sur le dernier film alors qu’il faut remonter à la source même de Terminator pour en révéler les plus gros défauts.
Et si Cameron, conscient des limites qu’il a lui-même mis en oeuvre pour ajouter du drama à son oeuvre, avait fait le choix de ne pas poursuivre la saga pour ne pas tomber dans son propre piège ? J’en suis intimement convaincu !

Terminator Genisys : la grande hypocrisie

Tu m’étonnes, John…

Tout a commencé lorsque le réalisateur de Aliens a fabriqué le personnage de John Connor. Un perso cool, un perso fort, mais un perso qui fausse toutes les cartes du jeu.
Le John Connor du futur est un héros de la résistance face aux machines. Skynet envoie un cyborg en 1984 pour tuer la mère de John afin que celui-ci ne voit jamais le jour. A son tour, John envoie son meilleur ami Kyle Reese en 1984 afin de protéger Sarah Connor. Jusqu’ici tout va bien. Là où ça se complique, c’est qu’on apprend que Kyle a une liaison avec Sarah en 1984, et devient par conséquent le père de John. Houla…

Voyons déjà les différents aspects du voyage dans le temps. Dans l’imaginaire collectif (cinéma, littérature…), le voyage spatio-temporel est régi selon deux idées :
– Soit le temps est une seule et même ligne, et toute modification volontaire du passé modifiera de facto le futur direct de cette même ligne (Looper, L’armée des 12 Singes…).
– Soit l’espace temps est construit en plusieurs lignes parallèles. La ligne d’origine est nommée 0, un voyage dans le temps fera dériver le personnage sur la ligne 1 et bouleversera le futur à partir de cette ligne temporelle (et par projection sur les lignes 2, 3…). Le futur de la ligne 0 n’en sera jamais perturbé par contre. On appelle également ces lignes des réalités parallèles (L’effet Papillon, La Planète des Singes…).

On ne sait pas bien où se situe la saga Terminator sur ce plan, car les modifications du passé ne semblent pas avoir des répercussions directes sur le futur, on n’en voit jamais réellement les altérations car quoi qu’il arrive, skynet semble toujours gagner au final, ce qui nous pousse à rayer la mention « une seule ligne du temps ». Cependant, un détail nous permet également d’exclure les réalité alternatives : John Connor.
En effet, si Reese est le père de John, c’est parce qu’il a été envoyé par John dans le passé pour sauver sa mère du T800. Mais alors, si la ligne 0 est le point de départ, une réalité originelle dans laquelle John Connor ne serai jamais venu au monde doit forcément exister car pour qu’il puisse naître, il doit envoyer son ami dans le passé, chose qui n’est probable que dans une réalité parallèle à celle d’origine. Et si Sarah Connor n’a pas d’enfant dans la ligne 0, la résistance ne serai plus menée par John, et Skynet n’aurai ainsi plus aucune raison de revenir en 1984 tuer la jeune serveuse. C’est une grosse, très grosse incohérence dans l’écriture du scénario !

Vous allez me dire qu’elle aurait pu avoir un enfant avec un autre homme dans la ligne 0 et que c’est celui-ci qui envoie Reese en 1984. Reese deviendrait le père de John dans la ligne 1 (en modifiant les origines de John) et tout s’enchainerait normalement. Bien essayé, mais non. Car trop d’inconnues. Sarah aurai pu enfanter une fille par exemple, ou d’un garçon totalement différent. Ce n’est pas parce qu’elle aura un enfant avec le premier venu que celui-ci deviendra automatiquement un héros de la résistance.
Le scénario de Terminator se prend les pieds dans le tapis dans tous les cas de figures, car c’est John qui sauve un Kyle Reese enfant, aussi bien dans Renaissance que dans Genisys. Il sauve Reese en tout état de cause, il sait que Reese est son père dans ces deux films. Ce qui veut dire que John envoie délibérément son ami pour sauver sa mère et pour exister. Sauf que sur la boucle d’origine, c’est impossible.
C’est impossible car dans la boucle 0, John n’existe pas, donc il ne peut pas sauver le Kyle Reese jeune, ni le former, ni l’envoyer dans le passé. Sans l’aide de John, Kyle Reese meurt sous l’attaque d’un T600, fin de l’histoire.

Terminator Genisys : la grande hypocrisie

Dans la ligne 0, Skynet n’a donc aucune raison de tuer Sarah Connor. Et si rien ne se passe dans la ligne 0, les réalités parallèles n’ont aucune raison d’exister non plus. Et les films n’existeraient pas. James Cameron a du utiliser cette pirouette narrative pour faire vivre son oeuvre. Certainement conscient des limites de celle-ci, il avait une bonne raison de ne plus y revenir, car les suites caresseraient obligatoirement cette incohérence de trop près, et joueraient donc un peu plus avec ses spectateurs sur ce qu’ils sont capables d’encaisser ou pas. Genisys en a fait les frais de façon hyper violente alors que le film n’a fait que surfer sur les bases d’un scénario bancal depuis le départ. Bancal mais culte. Comme quoi, des fois, on sait faire l’impasse sur les soucis d’écriture sans trop râler, ce qui n’est pas toujours le cas.

Mais alors qu’est ce qui fait qu’on accepte de grosses incohérences dans certains films et pas dans d’autres ?
L’injustice de la subjectivité certainement. Dans tous les cas un film trop logique et trop réaliste ne pourrait pas donner un grand film de SF. Rendons tout de même à César ce qui est à César : Si Terminator 1 et 2 sont fondés sur une grosse erreur d’écriture, les films n’en restent pas moins excellents. Et Genisys, s’il n’est pas aussi pourri qu’on a pu le lire un peu partout, est bien loin d’en assurer une qualité équivalente…

« Au cinéma, faute de logique, on se doit de rester plausible. Le spectateur décide de ce qui est crédible ou pas. » James Cameron

 

 

Related posts

10 répliques de Batman à replacer dans la vie de tous les jours

10 répliques de Batman à replacer dans la vie de tous les jours

Aujourd'hui, je vous propose quelques petits tuyaux  pour briller pendant vos soirées mondaines, votre vie de couple ou vos murges du week-end. Comment replacer les plus belles répliques (en V.F.) de Batman dans vos conversations de la vie de tous les jours ? Suivez le guide ! L’hiver il faut...

Batman 1989 : déjà 24 ans !

Batman 1989 : déjà 24 ans !

Batman 1989 fête aujourd'hui ses 24 ans ! Une occasion pour revoir ce film culte de Tim Burton qui a marqué toute une génération de petits Batman addicts. Joyeux anniversaire, Batman 1989 Eté 1989, j'avais 5 piges. Dans le vieux "vidéocassette" de mes parents, je rembobine et regarde...

Batman 1989 : 10 anecdotes surprenantes autour du film

Batman 1989 : 10 anecdotes surprenantes autour du film

Saviez-vous que David Bowie avait failli être le Joker ? Que Robin était présent dans le scénario initial ? Plaisir coupable : jouons à "le saviez-vous" à base d'anecdotes sur le film culte Batman 1989. Youpie, c'est parti. Quel enthousiasme. Quelques anecdotes sur le film Batman 1989 1...

1 Comment

  1. Ryujii July 6, 2016
    Répondre

    En fait tu prends le problème à l’envers, car tu cherches un lien de causalité. Pour toi il doit obligatoirement avoir un début et une fin. Dans Terminator il n’y a qu’une seule ligne temporelle et dans les films The Terminator et Terminator 2 (T2) nous sommes en plein dans une boucle temporelle qui s’auto-alimente, elle n’a pas de début ni de fin, ça a toujours été et ce sera toujours. On appelle ça un paradoxe de l’écrivain, à savoir que la conséquence est sa propre cause. C’est un peu comme la question « Qui de l’oeuf ou de la poule est arrivé en premier? », pour cette question je te conseillerai de voir le film prémonitions qui reprend ce schéma à l’extrême, le film est d’ailleurs issue de la nouvelle « Vous les zombies » de Robert Heinlein. Sinon je te conseille aussi de voir cette vidéo d’E-penser : https://www.youtube.com/watch?v=bEiPds-nL6E

Leave a comment