Review VF : Batman Cataclysme chez Urban Comics

Review VF : Batman Cataclysme chez Urban Comics

Batman Cataclysme est un récit charnière dans la carrière du Chevalier Noir. Gotham City se mange un séisme de plein fouet et tout son petit monde s’organise pour survivre. Review.

La fresque  « Cataclysme »

Cataclysme est un crossover évènement parut à la fin des années 90 et touchant la plupart des séries de la Bat-family. Le récit se situe chronologiquement après la saga Nightfall / Knightsend (1993-1994), où l’image même du justicier a été mise à mal par Bane, mais aussi par le remplaçant temporaire de Batman, Azrael. Gotham City se remet à peine de cette montée en puissance de la violence, qu’elle se tapera une épidémie du virus Ebola lâché par Ra’s Al Ghul (Batman : Contagion & Batman : Legacy – 1996). Et bim, quelques milliers de morts plus tard, par une douce fin de journée, arrive le Cataclysme.

A sec, comme ça, sans préparation, Gotham est ravagée par un séisme. En 15 secondes la ville s’effondre. L’édition d’Urban Comics, nous raconte en 464 pages comment les justiciers et les habitants font face à ce désastre.

L’évènement « Cataclysme » est un cadavre exquis, une fresque énorme impliquant des séries comme Batman, Detective Comics, Nightwing, Robin, Huntress etc. Urban a composé son ouvrage en disposant les différentes histoires de manières plus ou moins chronologique mais surtout logique. Comme à chaque fois, ce principe de réunir plusieurs séries, donc plusieurs styles graphiques et plusieurs scénaristes est à la fois un point fort comme une tare.

C’est con c’était fresque bien

Chaque récit nous offre la possibilité de découvrir une réponse différente au tremblement de terre. Le bordel au manoir Wayne, les conséquences sur l’eau, l’électricité, le gaz, la nourriture, la police, et surtout les vilains méchants opportunistes.

Graphiquement d’abord : 80% du bouquin tient la route. Dans un style propre des années 90, soigné lisible, c’est un plaisir de se balader de case en case. MAIS, parce que ouais il y a toujours un mais. Les 20% qui restent sont purement imbuvables. Et c’est vraiment dommage parce que là où les récit de Batman, ou autre Detective comics sont propres et réalistes, le passage Nightwing ou l’intro Shadow of the Bat sont juste dégueulasses. Et je ne dis pas ça gratuitement. C’est grossier, caricatural, dessiné en mode cartoon, illisible, grotesque. BREF ça pique les yeux et ça te nique tout l’aspect dramatique de l’histoire.

Parlons des histoires justement. Le problème de cette fresque c’est qu’elle nous montre sept ou huit fois le début du tremblement de terre. Certes vu par un protagoniste différent, mais avec le même fond. Quand l’histoire est intéressante et touchante, ça passe (notamment le numéro de Catwoman assez poignant, et des interludes matures et bien construits), mais sinon ça ne donne pas envie de lire le texte. Car le voilà le GROS PROBLEME de Cataclysme. Dans le fond il y a une trame intéressante, à savoir la réaction face au séisme. Puis par dessus se greffe une enquête bien menée sur une personne se disant à l’origine de toute la catastrophe. MAIS (encore un mais), tout ça est noyé sous un flot pompeux de textes redondants et de descriptions inutiles et pompeuses. Du coup il faut s’accrocher par moment pour ne pas oublier que ce qui est le plus important c’est ce qu’il y a derrière tout ces dialogues maladroits.

Comme pour appuyer sur le drame, sur les sentiments, on te rajoute du texte larmoyant. Non merci.

C’était quand même épique.

Mais quand tu prends du recul ça marche bien

Bah ouais. Malgré tout ce qui a pu me faire tiquer, en refermant ce pavé, je n’ai pas pu m’empêcher de reprendre mon souffle. C’était quand même épique. 464 pages se déroulant sur une seule nuit, passant par des sauvetages à la pelle, des arrestations borderline, une enquête intelligente, et un délire graphique au beau milieu d’Arkham. Parce que ça marche comme ça une fresque. Quand t’as le nez dessus tu ne vois pas ce qui est important, tu vois les imperfections, mais si tu te recules, là tu réalises l’ampleur du bordel. Et les éléments importants ressortent d’eux mêmes alors que les autres s’effacent mais ne disparaissent pas ! Sans eux plus rien ne serait mis en valeur.

En refermant le volume je ne me suis posé qu’une seule question :  et maintenant ? La réponse se trouve dans le très bon premier volume de No Man’s Land, déjà dispo chez Urban.

J’ai presque fini, mais je me permets une claque dans la gueule

Urban Comics. Je trouve ça cool de ressortir des sagas peu connues en France, surtout lorsqu’elles commencent maintenant à dater. Mais s’il vous plait, faites-le bien. L’introduction du volume (la première histoire) est dégueulasse. On dirait un scan home made d’un comics déjà vieilli. Les noirs bavent, et les couleurs et les textes sont flous. J’ai déjà noté ce problème sur No Man’s Land et c’est assez énervant et frustrant de se dire qu’on a acheté un livre « évènement » imprimé avec les pieds. Bisous.

Related posts

VF : les sorties Urban Comics du mois de mai 2013

VF : les sorties Urban Comics du mois de mai 2013

La VF, on aime ou on aime pas. Mais on peut reconnaître que les gars de chez Urban Comics sont plutôt actifs niveau sortie. Voici un petit point sur les sorties Batman en VF du mois de mai 2013. Les sorties Batman chez Urban Comics Batman: Silence (10 mai) Un must-have dans toute bonne...

Batman Saga #12 dans les bacs !

Batman Saga #12 dans les bacs !

Comme tous les 26 du mois, les kiosques Urban Comics débarquent en librairie. Mais parlons de ce qui nous intéresse avec la sortie du Batman Saga #12 ! Pour la modique somme de 5,60€, les 128 pages de ce Batman Saga #12 comprennent les traductions des éditions U.S. suivantes :  Batman...

‘Batman : Silence’ chez Urban Comics

'Batman : Silence' chez Urban Comics

Le genialissime Batman Silence (Batman Hush) arrive enfin chez Urban Comics. L'occasion de découvrir ou de relire ce Story Arc captivant de Jeph Loeb qui voit Batman en proie à un nouvel ennemi énigmatique : Silence. Ce dernier n'hésite pas à invoquer tous les pires salopards de Gotham pour...

Leave a comment