Review VF : Superman/Wonder Woman T1 chez Urban Comics

Review VF : Superman/Wonder Woman T1 chez Urban Comics

Je n’ai jamais aimé Superman en comics. Vraiment, je ne sais pas pourquoi, mais aucun auteur n’a réussi à me vendre du rêve en le mettant en scène. Soit trop verbeux, soit trop paresseux, traité comme un idiot, le rendre faible pour compenser ses forces, et en lutte permanente avec des menaces extra-terrestres s’étant concertées pour toutes en avoir après Métropolis. Même dans ses batailles, ou ses combats, Superman m’a toujours semblé mou.

A contrario, je trouve que la Wonder Woman version new52 est LA MEILLEURE série du moment (au moins le premier run avant l’arrivée du boucher/Finch). Pas une seule page de la saga dédiée à l’amazone ne m’a ennuyée.

Le dessin magnifique et maitrisé de Cliff Chiang est une merveille, c’est beau, c’est sexy sans être ridicule, c’est puissant sans être brouillon, c’est émouvant sans être exagéré. Et le scénario de Brian Azzarello est mythique et apporte une relecture et un réinvention des codes de la mythologie grecque passionnante et intelligente. Donc au passage mes petits loulous, ne loupez pas les cinq tomes de ce qui est la meilleure série DC du moment. COMPRIS ?

C’est donc pour ça que j’ai chopé ce premier tome de Superman/Wonder Woman, juste pour l’amazone. C’est quand même le seul personnage féminin, qui bien que sexy, n’est pas là pour faire de la figuration dans des poses ridiculement tendancieuses. C’est une femme, une guerrière, et je suis amoureux, mais ça c’est mon problème.

Amour, gloire et déité

On va mettre les choses au clair : cette histoire est une love story. Où comment un alien indestructible et une demi-déesse, super héros à temps plein peuvent s’aimer, se le prouver et le cacher. J’avais peur de me prendre une giclée d’eau de roses à chaque page, mais non. J’ai accroché. Les questions posées sont intelligentes, judicieuses et l’on a en aucun cas l’impression que la relation patine dans la guimauve.

Le couple va faire face à l’émergence d’une menace kryptonienne, bien amenée et excitante à lire. Les dessins de Tony Daniel sont beaux, propres, lisibles et les affrontements sont brutaux et d’une violence parfois surprenante. L’histoire m’a vraiment happé, maintenue à un rythme soutenu on ne s’ennuie jamais.

Enfin, cerise sur le gâteau : Superman. C’est la première fois que j’ai l’impression que le personnage a de l’épaisseur. Qu’on ne voit plus des « faiblesses » artificielles mais vraiment ses failles personnelles. Aussi bien en amour qu’au combat. On sent que cette masse puissante l’est finalement devenue par elle même, sans jamais apprendre à se battre, à aimer ou à vivre, tout simplement. Et PUTAIN ce que ça fait du bien !

Je recommande donc cette lecture, c’est bon, ça reste léger et absolument pas verbeux, et ça donne aussi envie de prendre des cours particuliers d’escrime avec Diana. Je lui mets un bon gros 4/5 !

Et vous ? Qu’avez-vous pensez de ce comics ?

Related posts

The Golden Age of DC Comics

The Golden Age of DC Comics

La fin des années 30 n'est pas seulement le théâtre de la success story du moustachu. Alors que l'Allemagne annexait l'Autriche, quelque part, à l'autre bout de la planète — là où les cocas médium font 1 litre — un nouveau genre de BD allait révolutionner le 7ème Art : le comics book. En...

VF : les sorties Urban Comics du mois de mai 2013

VF : les sorties Urban Comics du mois de mai 2013

La VF, on aime ou on aime pas. Mais on peut reconnaître que les gars de chez Urban Comics sont plutôt actifs niveau sortie. Voici un petit point sur les sorties Batman en VF du mois de mai 2013. Les sorties Batman chez Urban Comics Batman: Silence (10 mai) Un must-have dans toute bonne...

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Le leak de la cover nous l'avait déjà révélé, il y a du grabuge dans l'air entre Wayne et Gordon ! Petite review de ce Batman #19, qui comprend la première partie de deux histoires distinctes : Nowhere Man (Snyder et Capullo) et Ghost Light (Tynion et Maleev). Batman #19 Nowhere Man On aurait...

Leave a comment