Review : Batman #24, Snyder redevient votre ami

Review : Batman #24, Snyder redevient votre ami

Longue traversée du désert pour Zero Year… Après 3 numéros en demi-teinte, Snyder et Capullo parviendront-ils à nous refaire rêver ? Réponse avec cette review de Batman #24.

Review :  Batman #24, enfin de la chauve-souris

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, l’attente devenait insupportable. Après 3 numéros manquant terriblement d’action, le story arc Zero Year referme enfin sa première intrigue avec ce numéro de 64 pages plutôt bien fourni en cabriole et autres lancés de Batarangs. Oui, 64 pages. Du coup, il faudra sortir 6.99$.

Review Batman #24 la batcave

On se retrouve donc là où Batman #23 nous avait laissé : Bruce Wayne s’est bien fait raboter la tronche par le gang du Red Hood. Alors qu’il mange ses Golden Grahams au coin du feu, c’est la révélation : il doit devenir une chauve-souris pour lutter contre le crime. Bref, cette idée a l’air de plutôt emballer le vieil Alfred et les deux compères partent en croisade contre le gang du Red Hood. L’occasion pour nous de faire le plein de chauve-souris, de bat-cave et de bras qui pètent. Délicieux.

Review :  Batman #24, enfin de la chauve-souris

L’intrigue est plutôt bien ficelée. Alors que l’on doute parfois d’un élément du scénario, Snyder parvient à se jouer de nous en désamorçant ce qui a pu nous sembler un peu gros deux pages plus tôt. C’est rythmé, bien découpé et l’équilibre entre action et dialogue est au rendez-vous.

Review Batman #24 Bruce Wayne vs. Red Hood

Pour les puristes, les références aux autres timelines fusent : hommage au Detective Comics #27 sur une superbe double page, les gants mauves de Batman, la chute du Red Hood dans un bain d’acide… Bref, on se régale à tourner les pages de ce Batman #24.

Côté dessin, Capullo continue à nous faire plaisir avec des planches splendides. Mis à part quelques postures de Batman lors de la scène de combat dans l’usine ACE Chemical, c’est un sans faute !

Mais. Parce qu’il y a un mais… Comme pour les autres numéros, c’est au niveau de la colorisation que le bât blesse. Alors que l’on espérait que les couleurs s’assombriraient avec les premières sorties du chevalier noir, on reste sur des tons plutôt criards, un brin saturés et qui tirent trop souvent vers le rose. Si on oublie ce parti-pris artisitique, Plascencia réalise un superbe travail : c’est plutôt joli.

Batman vs. Red Hood

Review :  Batman #24, un numéro à posséder

Après une mise en place plutôt poussive de l’intrigue de Zero year, Snyder et Capullo nous offrent, avec Batman #24, un numéro au rythme infernal, bourré d’action et de… Batman. Et on n’en attendait pas moins d’eux. A posséder.

Related posts

The Golden Age of DC Comics

The Golden Age of DC Comics

La fin des années 30 n'est pas seulement le théâtre de la success story du moustachu. Alors que l'Allemagne annexait l'Autriche, quelque part, à l'autre bout de la planète — là où les cocas médium font 1 litre — un nouveau genre de BD allait révolutionner le 7ème Art : le comics book. En...

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Le leak de la cover nous l'avait déjà révélé, il y a du grabuge dans l'air entre Wayne et Gordon ! Petite review de ce Batman #19, qui comprend la première partie de deux histoires distinctes : Nowhere Man (Snyder et Capullo) et Ghost Light (Tynion et Maleev). Batman #19 Nowhere Man On aurait...

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Revisiter la légende de Batman n'est pas chose aisée. Frank Miller s'en était plutôt bien sorti sur Batman: Year One, au point d'influencer les nombreuses productions autour du chevalier noir de ces 15 dernières années. Alors ? Est-ce que Geoff Johns et Gary Frank s'en sont aussi bien tiré sur...

Leave a comment