REVIEW : Batman #23.4 Bane

REVIEW : Batman #23.4 Bane

La masse de muscles donne des beignes au Vilain Month dans un Batman 23.4 bourré de Venin. Attention, Bane est chaud bouillant !

Review Batman 23.4 Bane

Si le Vilain Month n’a pas vraiment brillé jusque là à nos yeux, il se peut que cet épisode consacré à Bane nous redonne un peu d’espoir. Cette histoire fort sympathique s’avère être le prélude à Forever Evil : Arkham War, rien que ça ! Bonne nouvelle, le Vilain Month sert enfin à quelque chose d’intéressant.

VILAIN MONTH OU BANE MONTH ?

Peter Tomasi signe là un set brut. Bane y est dépeint surpuissant et sans états-d’âmes. Sachant Gotham sans protection, il décide de s’évader de Santa Priscan accompagné d’une armée de détenus pour prendre d’assaut la ville durant l’absence de son protecteur. Bane a un plan élaboré au millimètre et ne permet aucune défection. Le titre raconte la prise de Blackgate juste avant les événement de Arkham War. Le scénario est assez juteux, on prend énormément de plaisir à le lire, ponctué de punchlines savoureuses d’un Bane au bord de la démence .

« Vous connaissez mon histoire, je l’entends passer sur vos lèvres, je savoure la crainte qu’elle apporte, mais mon destin est le mien seul,
ne pensez pas que vous vivez une version plus sombre de ma vie, vous êtes les apôtres que j’ai choisi, mais vous n’êtes pas MOI ! Faites le en mon nom mais Gotham est à moi ! »

Du point de vue graphique, Graham Nolan signe une oeuvre très esthétique comme à son habitude. L’action est plus dynamique que dans les autres numéros du Vilain Month et sert un destin empli de haine et de violence brute. On ne va pas vous mentir, on a pris un pied d’enfer sur ce numéro. Bane est hypnotique, il fonce droit vers son destin, suivi comme un dieu par ses « apôtres », tout droit dans les méandres d’un Arkham War tout aussi bon.

Bane

Le Vilain Month se termine par le meilleur numéro de l’event (dans l’univers Batman), épique, brutal, violent, génial, on attend la suite du set Forever Evil 100% Gotham City avec une impatience folle !

Related posts

The Golden Age of DC Comics

The Golden Age of DC Comics

La fin des années 30 n'est pas seulement le théâtre de la success story du moustachu. Alors que l'Allemagne annexait l'Autriche, quelque part, à l'autre bout de la planète — là où les cocas médium font 1 litre — un nouveau genre de BD allait révolutionner le 7ème Art : le comics book. En...

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Le leak de la cover nous l'avait déjà révélé, il y a du grabuge dans l'air entre Wayne et Gordon ! Petite review de ce Batman #19, qui comprend la première partie de deux histoires distinctes : Nowhere Man (Snyder et Capullo) et Ghost Light (Tynion et Maleev). Batman #19 Nowhere Man On aurait...

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Revisiter la légende de Batman n'est pas chose aisée. Frank Miller s'en était plutôt bien sorti sur Batman: Year One, au point d'influencer les nombreuses productions autour du chevalier noir de ces 15 dernières années. Alors ? Est-ce que Geoff Johns et Gary Frank s'en sont aussi bien tiré sur...