Why so serious ? Quand Batman a rendez-vous avec Claude Lévi-Strauss.

Why so serious ? Quand Batman a rendez-vous avec Claude Lévi-Strauss.

On vous avait déjà hautement recommandé le passionnant ouvrage de Justine Marzack Batman Origines. Petite anthropologie de l’homme chauve-souris sur notre page Facebook.

Nous somme tombés sur ce très bon article de J. Élisabeth paru dans le magazine français BRANDEDqui nous a autorisé a le relayer pour notre plus grand plaisir.

 

BRANDED #9 – Batman

Why so serious ?

Quand Batman a rendez-vous avec Claude Lévi-Strauss

Justine Marzack, Batman Origines. Petite anthropologie de l’homme chauve-souris, Éditions François Bourin.

J. Élisabeth

 

Entre deux épisodes de Twin Peaks et un de la série animée Batman, son choix était fait. Ce garnement en costume de chauve-souris sera son sujet d’étude. J’aime à l’imaginer ainsi. C’est vrai, pourquoi être si sérieux et choisir « La sculpture de la Renaissance dans le Vexin français » ou « L’Iconographie du décor peint de la Céramique de Suse I » ? Face à l’histoire, Batman a ses armes et un véritable pedigree pour se défendre dignement et entrer dans le rayon scientifique des librairies de France et de Navarre. Il lui a fallu un coup de main d’un sidekick un peu particulier : Justine Marzack, l’auteur de Batman Origines ou l’anthropologie structurelle Lévi-Strauss appliquée à l’homme chauve-souris.

Bat-man apparaît pour la première fois dans le numéro 27 de Detective Comics en 1939 sous le crayon de Bob Kane et Bill Finger. Depuis il n’a cessé d’être repris, détourné, réinventé, parodié, collectionné, dessiné, moulé, posterisé sur nos murs et décalqué sur nos t-shirts. Il hante nos cœurs. On a grandi et joué à lui. L’auteur s’est donc lancé dans une étude très sérieuse, fournie et convaincante de ce sujet qui passe encore pour être si léger. Même si les expositions sur les super-héros se multiplient, que les franchises n’arrêtent pas de faire des petits cinématographiques et que même la maison de vente Sotheby’s décroche des records pour des planches de bandes-dessinées (encore bien françaises, je vous l’accorde), celle-ci et plus encore le comic ne sont toujours pas ce 9e art rêvé. L’autre handicap du comic en France, c’est son appartenance à une culture de masse, la « culture Coca-Cola », comme la nomme l’auteur dans son introduction. Autrement dit du papier-chiffon à lire aux toilettes et excellent pour divertir les enfants.

Mais qui est ce vieux Batman qui résiste encore, qui hante la culture populaire, et dont tout le monde, y compris ma grand-mère connaît le bat-signal ? Qui est ce super-héros et d’ailleurs qu’est-ce qu’un héros ? De quoi est-il le symbole et quelles valeurs véhicule-t-il ? Voici quelques unes des questions que se pose l’auteur dans la première partie. Elle est donc allée à la rencontre des fans de l’homme chauve-souris – et en a profité pour visionner pour la enième fois les dessins animés mais cette fois avec tout le sérieux de l’anthropologue -. Après nous avoir plongé dans la sordide Gotham City, dans les esprits malades de ses ennemis et fait un retour dans la mythologie grecque, la comparaison au Golem, ce personnage du folklore juif, reste peut-être à la fin la plus suprenante et finalement la plus fascinante des analyses de la condition de création de Batman. De toutes les interprétations et de ces multiples versions papier, animés ou cinématographiques, notamment de ses origines dans le meurtre de ses parents, l’auteur en a fait un bouillon savoureux pour en extraire la réalité du super-héros, sa structure fondamentale, ses constantes immuables. L’analyse est passionnante de bout en bout, la conclusion plus encore. Si Batman ne semble être que peur et solitude, il est en revanche un excellent et troublant sujet d’étude.

Batman Origines. Petite anthropologie de l’homme chauve-souris est disponible sur Amazon.fr

9791025200452

A propos de l’auteur de l’article
Navigant à vue de canards en revues, J. Élisabeth, aka Virginie Duchesne, est une journaliste en art très sérieuse qui aime aussi s’aventurer du côté obscur de la culture populaire.
 

Related posts

The Golden Age of DC Comics

The Golden Age of DC Comics

La fin des années 30 n'est pas seulement le théâtre de la success story du moustachu. Alors que l'Allemagne annexait l'Autriche, quelque part, à l'autre bout de la planète — là où les cocas médium font 1 litre — un nouveau genre de BD allait révolutionner le 7ème Art : le comics book. En...

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Le leak de la cover nous l'avait déjà révélé, il y a du grabuge dans l'air entre Wayne et Gordon ! Petite review de ce Batman #19, qui comprend la première partie de deux histoires distinctes : Nowhere Man (Snyder et Capullo) et Ghost Light (Tynion et Maleev). Batman #19 Nowhere Man On aurait...

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Revisiter la légende de Batman n'est pas chose aisée. Frank Miller s'en était plutôt bien sorti sur Batman: Year One, au point d'influencer les nombreuses productions autour du chevalier noir de ces 15 dernières années. Alors ? Est-ce que Geoff Johns et Gary Frank s'en sont aussi bien tiré sur...

Leave a comment