Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Batman: Earth One, le Bruce Wayne des temps modernes

Revisiter la légende de Batman n’est pas chose aisée. Frank Miller s’en était plutôt bien sorti sur Batman: Year One, au point d’influencer les nombreuses productions autour du chevalier noir de ces 15 dernières années. Alors ? Est-ce que Geoff Johns et Gary Frank s’en sont aussi bien tiré sur ce Batman: Earth One ? La réponse.

Un Batman bien dans son époque

Le concept des ‘Earth One’, instauré par ‘Superman: Earth One’ en octobre 2010, est de moderniser le mythe des super-héros. On découvre donc un jeune Bruce Wayne à ses débuts de justicier.

batman_earth_one2-495x500

On est loin de  la mythologie classique qui veut que Wayne ait suivi un entraînement de ninja-pirate en Asie. Ici, c’est son tuteur légal qui lui apprend à devenir un justicier sans peur. Alfred Pennyworth, ex-soldat des Royal Marines, uni-jambiste et plus badass que jamais.

Cela peut choquer les Ayatollah du mythe de l’homme chauve-souris, mais ça amène quelques chose d’unique. La relation entre Alfred et Bruce Wayne en devient vraiment intéressante et… rafraîchissante. Pour une fois, c’est quasiment une relation de père et fils. Alfred n’hésite d’ailleurs pas à lever la main sur son protégé, ce qu’il ne se permettrait pas en sa qualité de majordome.

batman-earth-one-panel-2

Ambiance sombre et sobre

Bref, tout est plus ancré dans la réalité : de la collaboration entre Wayne et Fox à la confrontation entre un Batman pas vraiment au sommet de son art et un kidnappeur d’enfant monstrueux. On rentre dans la tête des personnages, on ressent vraiment le chemin accompli par le jeune Bruce Wayne entre la première poursuite de l’album et la confrontation finale. C’est sombre et rythmé. Comme un thriller. Brillant.

La mort des parents Wayne est, elle aussi, fortement revisitée. Je ne vais bien sûr pas vous dévoiler l’intrigue même si j’en meurs d’envie. Mais la vengeance et la culpabilité sont les moteurs de ce récit sobre et captivant. Et que dire de cette dernière illustration qui ne laisse présager que du bon pour Batman: Earth One Vol. 2, prévu dans le courant de l’année 2013.

Alors, ce Batman:Earth One est-il bon ?

Pour conclure. Batman:Earth One est une nouvelle graphique qui revisite le mythe du chevalier noir de façon décomplexée.  Et c’est frais ! Le rythme est très sympa et les évènements, plausibles. Je pense qu’il fait partie de mon top 3. Oui, carrément. en plus, l’album est superbe. Que demander de plus ?

Et vous ? L’avez-vous lu ? Vous en pensez quoi ?

Related posts

The Golden Age of DC Comics

The Golden Age of DC Comics

La fin des années 30 n'est pas seulement le théâtre de la success story du moustachu. Alors que l'Allemagne annexait l'Autriche, quelque part, à l'autre bout de la planète — là où les cocas médium font 1 litre — un nouveau genre de BD allait révolutionner le 7ème Art : le comics book. En...

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Batman #19 : du bon Batman avant Year Zero

Le leak de la cover nous l'avait déjà révélé, il y a du grabuge dans l'air entre Wayne et Gordon ! Petite review de ce Batman #19, qui comprend la première partie de deux histoires distinctes : Nowhere Man (Snyder et Capullo) et Ghost Light (Tynion et Maleev). Batman #19 Nowhere Man On aurait...

New 52: Un artwork pour Duela Dent, la « fille du Joker »

New 52: Un artwork pour Duela Dent, la "fille du Joker"

DC s'amuse à teaser via la nouvelle rubrique se son blog : 'What's new in the New 52'. Publié hier à 8h du matin des Amériques, cet artwork de "la fille du Joker" — Duela Dent, de son petit nom — est accompagné de ce petit texte : "Something evil lurks under Gotham City and it wears the Joker's...

Leave a comment